HISTOIRE DU DRAPEAU MILITAIRE FRANCAIS

LE PAVILLON NATIONAL

 Un peu d’histoire :

 L’AN  II.       

"La fin de 1793 est marquée par le redressement de la situation politique et militaire de la République, le 12 décembre échec des Vendéens, 19 décembre prise de Toulon qu’occupaient les Anglo-espagnols depuis le mois d’août. L’année 1794 commence avec des évènements qui traduisent l’impitoyable souci de vertu de ROBESPIERRE.

Le comité de salut public fait alors retirer les symboles d’un passé où la Révolution lui paraît d’être compromis. Le Pavillon National de la Constituante est remplacé le 15 février 1794 (27 pluviôse an II) par les seules couleurs nationales. Le nouveau Pavillon devant être arboré le 1° prairial, la flotte de Brest appareille le 27 floréal sous le pavillon de 1790 et combat donc les 10 & 13 prairial an II sous les couleurs décrétées avec l’accord de louis XVI .

 

                                    DECRET   (N° 21812) de la Convention Nationale. 

Du 27° jour de Pluviofe, an fécond de la République Française, une & indivifible. Qui fupprime le Pavillon décrété par l’Assemblée Conftituante, & détermine les formes du Pavillon Nationale qui le remplace.  La CONVENTION NATIONALE, après avoir entendu son comité de salut public, décrète :

ARTICLE PREMIER

Le Pavillon décrété par l’Assemblée Nationale Conftituante eft supprimé. 

ARTICLE  II

Le Pavillon National fera formé des trois couleurs nationales, disposées en trois bandes égales, pofées verticalement, de manière que le bleu foit attaché à la gaule du pavillon, le blanc au milieu, & le rouge flottant dans les airs.

ARTICLE  III

Les Pavillons de beaupré & le pavillon ordinaire de poupe feront difposés de la même manière, en observant les proportions des grandeurs étables par l’ufage".

 

Nota : ne croyez pas que le rédacteur a fait des fautes, il est reproduit ici les articles originaux, en vieux François.

UN PEU D'HISTOIRE

"L’infanterie sous les aigles impériales

Le 18 mai 1804 Napoléon Bonaparte devient Napoléon 1er Empereur des Français par la grâce de Dieu et les constitutions de l’Empire.

Tout change alors et le drapeau ne fait pas exception. Un dessin unique est fait pour les drapeaux de tous les bataillons. Il s’agit d’un losange blanc dégageant quatre triangles en coins rouge et bleus (Fig 1).

Le tissu est un carré de 0,85 m de côté. Deux éléments nouveaux et fondamentaux apparaissent également.

Premier élément, le drapeau est donné par le Chef de l’Etat pour la toute première fois de notre histoire militaire et cela est inscrit sur l’avers du noble tissu. Le revers porte la mention Valeur et Discipline ainsi que le numéro du bataillon auquel appartient le drapeau (Fig 2).

Deuxième élément, et non des moindres, le pique de la hampe a fait place à un aigle impériale à la romaine aux ailes déployées.

On ne parle plus de drapeau mais d’aigle. En effet l’ensemble tissu, aigle et hampe porte désormais ce nom, que ce soit pour les drapeaux ou pour les étendards de cavalerie. Le plus important n’est plus le tissu, mais l’aigle lui-même qui ne doit plus tomber entre les mains de l’ennemi.

Cet ornement prestigieux est dû au talent de dessinateur d’Isabey et au sculpteur Chaudet. Il était en bronze, doré à l’or moulu et fut fabriqué par le maître bronzier Thomire, élève de Houdon.

Ces nouveaux emblèmes sont remis à l’ensemble de la Députation militaire le 05 décembre 1804, aux Champs de Mars, par l’Empereur lui-même lors d’une cérémonie grandiose. Chaque bataillon de chaque régiment reçut son aigle.

 

Les drapeaux ne subiront aucun changement pendant près de huit ans. Seul, l’aigle sera progressivement remplacé par une aigle plus légère car creuse à l’intérieur, à partir de 1806. Cette modification est invisible dans la forme.

Le 25 décembre 1811, l’Empereur décrète que désormais l’aigle sera unique par régiment. Ce sera le modèle 1812. Le tissu sera désormais à l’image du drapeau National, c'est-à-dire en bandes verticales bleue, blanche et rouge (Fig 3). Le revers portera les noms des batailles ou s’est illustré le régiment. Il sera doté d’une cravate tricolore, alors que le modèle précédent n’en avait pas.

Ces mesures s’appliqueront, sauf pendant la restauration, jusqu’à nos jours, puisque les régiments, n’ont encore qu’un drapeau et que les noms de bataille figurent toujours sur le revers.

Après la première abdication, les aigles restèrent plusieurs mois dans les régiments avant d’être remplacées par de nouveaux emblèmes.

Le roi Louis XVIII donna l’ordre de détruire les aigles et de bruler les anciens drapeaux. Quelques-uns ont pu être sauvés et sont parvenus jusqu’à nous, mais malheureusement très peu.

Le retour de l’Empereur en 1815, fut l’occasion de refaire de nouvelles aigles, plus massives et moins ciselées que le modèle 1804 (Fig 4). Le tissu est de facture beaucoup plus simple mais de taille plus grande que le modèle 1812, atteignant plus d’un mètre de côté.

Après Waterloo, la plupart des aigles et drapeaux furent détruits mais quelques-uns ont été donnés au Duc de Wellington par le roi et se trouvent encore aujourd’hui au Royaume-Unis."

FIG 01
FIG 02
FIG 03
FIG 04

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.01 | 08:21

TOUS NOS VŒUX
A L AMICALE
CORDIALEMENT Albert FABIENNE pasquier

...
25.03 | 18:34

Bonjour je ne viens que rarement sur le blog OUI en effet j’étais sur le Forbin en 66

...
06.06 | 15:21

bravo à tous

...
25.04 | 12:23

j'espere J P que tu as reçu mon mail concernant ma cotisation .

Merci de me confirmer.

Amicalement C.COPIN

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE